Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 avril 2013 7 21 /04 /avril /2013 09:00

            BlancanievesAu bout du conte

 

Avec un ‘léger’ décalage temporel, fidèles et indulgents lecteurs cinéphiles, je reviens sur ces deux films vus respectivement en janvier et en mars.

 

Tous deux, comme de nombreux autres films ces dernières années, s’inspirent de l’univers des contes de fées : celui de Blanche-Neige majoritairement pour le premier, celui de nombreux contes (Le petit chaperon rouge, Cendrillon, La belle au bois dormant,…) pour le second.

 

Deux films qui n’ont rien à voir l’un avec l’autre si ce n’est donc cette variation sur ce thème, et la réappropriation/exploitation par les réalisateurs de la fin de l’innocence pour leurs héroïnes.

 

Blancanieves, second long métrage de Pablo Berger, a été comparé immédiatement à The artist de Michel Hazanavicius: tous deux ont été tournés en noir et blanc, muets, et leur BO a été enregistrée par le même orchestre (en Belgique). Cependant, malgré certaines qualités du film The artist, ma préférence va nettement à Blancanieves.

L’histoire se passe dans les années 20, dans le Sud de l’Espagne. Carmen est une très belle jeune fille dont l’enfance a été hantée par une belle-mère narcissique et acariâtre. Carmen va faire une rencontre insolite en fuyant son ancienne vie : une troupe ambulante de nains toreros qui va l’adopter et lui donner le surnom de "Blancanieves".

 

Blancanieves 2

 

Servi par un noir et blanc magnifique, sublimant la blancheur des murs des habitations et du soleil écrasant qui contraste avec les chevelures et regards sombres, le film est porté par l’interprétation d’un trio (quatuor avec la petite fille) de très belles actrices : Macarena García et Sofía Oria (Carmen/Biancaneves et Carmencita), Maribel Verdú (Encarna, la belle-mère), et Ángela Molina (Doña Concha, la grand-mère). Les scènes entre Carmencita et sa grand-mère sont, parmi d’autres, fort réussies.

La musique, accompagnant l’intégralité du film, épouse son rythme soutenu.

Je n’ai jamais été très convaincue par les pratiques liées à la tauromachie (bien qu’y voyant une esthétique certaine), mais j’ai trouvé le scénario à la fois original et élégamment déroulé, avec une alternance habile d’humour et de moments d’émotion. Une vision finement féministe du conte, pour une agréable séance.

 

Blancanieves 3

 

Au bout du conte, film réalisé par Agnès Jaoui et co-écrit avec Jean-Pierre Bacri dans la tradition chorale des films Bacri/Jaoui (à part que pour celui-ci elle ne partage pas la réalisation), comporte d’innombrables allusions aux contes de fées dans un monde qui pourtant, aujourd’hui, même en faisant abstraction des absurdités politiques et économiques du moment, n’a vraiment pas grand-chose de féérique…

Le synopsis (Allociné) est le suivant :

Il était une fois une jeune fille qui croyait au grand amour, aux signes, et au destin ; une femme qui rêvait d’être comédienne et désespérait d’y arriver un jour ; un jeune homme qui croyait en son talent de compositeur mais ne croyait pas beaucoup en lui.

Il était une fois une petite fille qui croyait en Dieu.

Il était une fois un homme qui ne croyait en rien jusqu’au jour où une voyante lui donna la date de sa mort et que, à son corps défendant, il se mit à y croire.

   

    Au bout du conte 2Au bout du conte 3  

 

Depuis Cuisine et dépendances, Un air de famille et Le goût des autres, je suis de façon assez inconditionnelle le duo Bacri/Jaoui. L’amour de la langue, du texte, des acteurs, du travail commun, le respect profond de l’humain (parfois montré par opposition au travers d’un grand irrespect, d'une cruauté de tous les jours) sont des éléments qui transparaissent dans leurs films, et qui me touchent.

On peut reprocher à ce dernier film un certain éparpillement, des effets stylistiques pas toujours très réussis, mais une nouvelle fois j’ai été touchée par ce que j’ai vu comme autant de marques de générosité, d’humanité à l’écran.

Le duo Bacri/Jaoui évolue de façon assez subtile, positive, à l’écran (notamment la tête de JP Bacri en voiture regardant A. Jaoui à la recherche de sa nièce, très bien).

Le jeu des autres acteurs est parfois inégal, même d’une scène à l’autre. Je n’ai pas été enchantée par la prestation d’Agathe Bonitzer (un peu trop ‘lisse’ ou froide il me semble pour le rôle), que j’avais pourtant bien appréciée dans Une bouteille à la mer. A sa décharge, l’évolution de son rôle, et sa perte d’innocence, ne sont pas évidentes.

Les propos tenus par le personnage d’Agnès Jaoui sur le temps et la jeunesse qui passent me sont allés droit au cœur, d’autant plus que je pense qu’elle incarne bien et assume ces mots. Non, il n’est pas simple de se voir vieillir, changer, dans les contes de fées comme dans la vraie vie, mais le mieux est encore de tenter de l’accepter dignement.

Le film montre aussi que l’âge et le temps qui passe ne ferment souvent pas la porte à certaines croyances, plus ou moins raisonnées, et aux rêves de nos âmes d’enfants.

 

Je suis ressortie de la salle avec le sourire, et croyez moi, cela n’arrive pas souvent en ce moment au cinéma… !

Partager cet article

Repost 0
Published by Claire
commenter cet article

commentaires

Bob Morane 29/04/2013 22:27

J'ai adoré ce film avec cette ambiance sombre, et humour décalé et énormément de d'émotion. Un grande originalité envoutante.

lucas 25/04/2013 13:35

Oui je trouve leurs films assez touchants et puis ça nous changent un peu de la routine qui s'est emparée du cinéma français en particulier, quant au PAF n'en parle-on même pas lol
______________________
http://www.galaxys-4.fr/

miriam 21/04/2013 21:33

j'ai adoré (bis) Blancanieves!

tinalakiller 21/04/2013 11:36

j'ai adoré Blancanieves (qui est en effet bien mieux que The Artist, meme si ce dernier a en effet de nombreuses qualités). Et moi-même n'étant pas vraiment adepte de la tauromachie, je trouve que
cette activité-là sert bien le film.

Alain 21/04/2013 10:12

Bonjour, j'ai été tout à fait enthousiasmé par Blancanieves. La photographie, la beauté des femmes, le talent de tout le cast, la réalisation parfaite et cette transposition du conte est, en ce qui
me concerne, particulièrement réussie. Pour moi un grand coup de cœur. Très bon Dimanche et peut-être à bientôt sur la nouvelle plateforme ?

Claire 21/04/2013 11:02



Merci! Oui, vraiment très réussie, je suis d'accord. Concernant la nouvelle plateforme, je navigue à vue, je ne sais quand cela va avoir lieu...et j'espère que cela ne sera pas trop compliqué!



Présentation

  • : Claire dans les salles obscures
  • : Mes impressions sur les films que j'ai pu voir... les vôtres sont plus que bienvenues, elles feront aussi vivre ce blog! :) Si vous ne venez pas régulièrement, pensez à vous inscrire à la newsletter (plus bas à droite) afin d'être tenus au courant des avis postés!
  • Contact

Compteur

Recherche