Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 13:32

Bonne année   

 

Chers amis, cinéphiles et blogueurs sympathiques, qui avez résisté au vent mauvais et êtes revenus me lire même si le découragement pointait sérieusement le bout de son nez, je vous reviens pour un petit article qualifié de ‘retour sur 2013’.

 

Avant cela, j’aimerais bien sûr vous souhaiter une très, très, très bonne année 2014 !

Pour ceux qui me connaissent un peu plus, 2013 n’a pas été de tout repos même si des choses importantes s’y sont passées, et 2014 annonce déjà son lot de grands changements. Le propos n’est certes pas à ces considérations personnelles, mais il a pour mérite d’expliquer la teneur de mes vœux.

Alors, malgré tout ce qui nous entoure et jette non sans raisons profondes son ombre de pessimisme et d’inquiétude sur nos petites vies, je vous souhaite pour cette année nouvelle d’être étonnés de votre propre courage, d’oser même dans les moments de doute, si cruels parfois mais inévitables pour une évolution vraie, surtout d'oser aller à contre-courant, et d’être émus par de toutes petites choses.

Je vous souhaite aussi de vivre au-delà de vos espérances, de créer, d’aimer ce que vous faites au quotidien et autant que faire se peut, transmettre ou partager ! Ne dit-on pas que ‘Plaisir non partagé n’est plaisir qu’à moitié’ ? J

 

Même si les avis sont restés dans ma tête, j’ai vu un grand nombre de films cette année passée. Je me sens tout à fait incapable d’établir un classement, ce qui tombe parfaitement bien puisque je n’en ai pas la moindre envie non plus.

 

J’ai simplement laissé venir à moi le souvenir de ceux qui parmi toutes ces créations me laisseront un souvenir durable, ou tout au moins m’ont marquée jusqu’à présent.

J’ai également réfléchi de manière beaucoup plus concrète à ces efforts inouïs que représentait le processus d’écriture, de production et de réalisation d’un film. Quand on y pense, chaque film est vraiment un petit miracle : sans nier l’existence d’aspects négatifs, toutes ces idées, ces énergies, ces obstacles, cet art, ce temps et cette patience rassemblés devant nos yeux et s’offrant à nos oreilles. Il ne faudrait jamais l’oublier !

 

Certains ont beaucoup ‘renversé’ sur leur passage, que ce soit au niveau récompenses, critique, box-office ou réactions. Je pense notamment à La vie d’Adèle, à propos duquel on a tant écrit et parfois si mal (au point de me dissuader complètement de le faire). Un très beau film abouti qui bouscule, émeut, et qui montre finalement à sa manière (au-delà des polémiques) l’éclosion courageuse, difficile, d’une jeune femme. (une belle critique approfondie ici)

Me vient aussi à l’esprit Le passé, dont le réalisateur me touche toujours beaucoup par la profondeur des problématiques qu’il aborde et la précision de la construction de ses œuvres.

Je pense encore à Les garçons et Guillaume, à table !, autre portrait émouvant d’un être complexe qui va lentement – et non sans humour – cheminer vers l’homme qu’il doit devenir. L’auditorium entier debout pour applaudir Guillaume Gallienne à Deauville m’a donné la chair de poule.

 

Je songe à tous ces premiers longs-métrages de fiction qui m’ont surprise et fait ressentir beaucoup d’admiration pour le talent de leurs réalisateurs.

Parmi eux : Ilo Ilo (belle Caméra d’or d’Anthony Chen), Rêves d’or (avant-première passionnante en présence du réalisateur Diego Quemada-Diez et des trois jeunes acteurs), Wadjda (Haifaa Al Mansour), Le géant égoïste (Clio Barnard), Eka et Natia (Nana Ekvtimishvili et Simon Groß), Enfance clandestine (Benjamín Avila).

Des films dont la maturité étonne. Dont le traitement de problématiques souvent très sombres désarçonne par son aspect lumineux, poétique.

 

Me reviennent en tête aussi dans un tourbillon d’émotions le sombre Suzanne (après le beau premier Un poison violent de Katell Quillevéré, je peine à voir de l’espoir dans ce second film malgré l’interprétation épatante de Sara Forestier), la musique entêtante d’Alabama Monroe (Felix Van Groeningen), le cinglant La vie domestique (Isabelle Czajka), le poignant Metro Manila (Sean Ellis), et enfin l’inclassable Par toi mon âme guérie (François Dupeyron).

 

Evidemment, il y a tous ces films que je n’ai pas pu voir, qui me disaient bien et que j’essaierai de voir autrement. Je pense en ce moment même à L’image manquante, et Le mur invisible.

 

Certains bondiront de mes oublis, d’autres de mes goûts, mais ils auront au moins comme moi le courage de leurs opinions !

Et tant qu’il y aura des cinéphiles qui se déplaceront dans les salles obscures, ou regarderont des films confortablement chez eux, il y aura de l’espoir pour l’avenir ! J

Partager cet article

Repost 0
Published by Claire
commenter cet article

commentaires

miriam 02/02/2014 12:53

Ravie de te relire! merci pour les voeux même si c'est un peu tardif!

dasola 11/01/2014 08:02

Bonjour Claire, d'abord contente de ton retour même s'il est éphémère mais tu es là, c'est l'essentiel. Merci pour cette liste de films: j'en ai vu certains. Même s'ils ne sont pas dans ma liste,
j'ai aussi beaucoup apprécié La vie domestique et Ilo, Ilo. Bonne journée et surtout très très très très bonne année 2014.

Linda 09/01/2014 22:50

Claire, merci pour ces bons vœux !
Merveilleuse année émerveillée par de petites choses à toi, qui à force d'être aimées et partagées, vont, j'en suis sure, te conduire à aller à contre-courant de tes doutes, ce qui te fera créer,
avec un fabuleux courage, quelque chose qui sera au-delà de tes espérances, et qui t'étonnera toi-même !
J'espère que mon exercice de synthèse-revisitée t'aura plu, et non qu'à moitié, car je l'ai fait avec un réel plaisir !
Bise sentinellesques ! :)

Christophe 08/01/2014 14:50

Merci Claire pour tes vœux ! Je te souhaite également une très très très belle année 2014, plein de projets et de réussite dans ceux-ci ;) Pour moi aussi, il y eu des choses si importantes en 2013
:)

Enfin un blog qui ne propose pas de classement scolaire, désignant (au nom de quoi ?) les bons et mauvais élèves ! Comme tu le dis, au-delà de leurs qualités et défauts, chaque film mérite le
respect (sauf s'il véhicule des idées qui ne sont pas respectables). On en aime certains plus que d'autres, c'est normal, mais il y a de tels risques, un tel investissement derrière chacun, que je
me sens assez petit avec mes avis, écris bien tranquillement devant mon ordinateur... En tous cas, merci pour le lien :) Merci aussi de m'avoir amené à découvrir "Guillaume" et "Rêves d'or" :) Et
encore très belle année ! Biz

Brancato 08/01/2014 14:29

Chère Claire, Très chère Claire,
Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir ...
Je dois me le répéter parfois ...
Parfois, je le vois ... aussi au cinéma

Présentation

  • : Claire dans les salles obscures
  • : Mes impressions sur les films que j'ai pu voir... les vôtres sont plus que bienvenues, elles feront aussi vivre ce blog! :) Si vous ne venez pas régulièrement, pensez à vous inscrire à la newsletter (plus bas à droite) afin d'être tenus au courant des avis postés!
  • Contact

Compteur

Recherche