Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 20:08

 

 Deauville-Festival-2012


Un petit billet (un peu tardif) sur ma journée au festival du film américain de Deauville le 1er septembre dernier.

C’est au travail que m’est venue soudain cette idée, qui m’a immédiatement enchantée.

Certes, je pensais (à tort, j’avais mal lu, c’était l’an dernier qu’elle y était) avoir peut-être le privilège d’entr’apercevoir Naomi Watts. Certes.

 

Toujours est-il que je suis ravie de cette escapade normande (Intercités Paris-Deauville, 2h) qui m’a permis, grâce à un « pass journée » de me faire une idée de ce qu’était un festival – international – de cinéma. Dans ma petite tête de cinéphile rêveuse, je crois que je n’imaginais pas que cela puisse être si simple.

 Photo0343.jpeg

Après une excursion erronée mais sympathique (y compris en bac sur la Touques, oui oui) jusqu’au casino de Trouville (les grincheux diront : « mais comment est-ce possible d’être aussi étourdie ? » Je leur répondrai : « je ne sais pas, mais sans l’être vous auriez manqué un charmant aperçu de Trouville, qui vaut davantage le détour que son nom semble à première vue l’indiquer »), et obtention du précieux badge journée, direction l’auditorium (1497places !) pour la première projection – au cours du festival – du film For Ellen. La réalisatrice, So Yong Kim, ainsi que l’acteur principal, Paul Dano, sont assis juste dans la rangée de devant. Les appareils photos, portables et autres appareils électroniques des quidams autour capturent de façon décomplexée et compulsive leurs visages. Déconcertant. Arrivent pour assister à la projection, précédés par des applaudissements, Frédéric Beigbeder, Anaïs Demoustier, Clotilde Courau, Sami Bouajila et peut-être d’autres que mon esprit confus n’aura pas su reconnaître.

Ca a l’air tout bête, mais c’est vraiment l’adjectif « déconcertant » qui me vient à l’esprit en voyant toutes ces personnes dans la même salle (j’ai une vague idée de ce que les grincheux pourraient trouver à redire sur ces propos un peu naïfs, mais les grincheux, vous l’aurez compris, n’ont pas droit de cité dans ma sphère de joie).

 

Le film est plutôt pas mal. L’histoire tient debout, et Paul Dano interprète de façon assez consistante un jeune musicien bien paumé mais finalement pas antipathique. Certaines de ses émotions, paroles, regards sont justes, notamment dans son incompréhension mêlée de fascination tendre pour cette enfant qu’il ne connaît pas. L’incompréhension est un peu la toile de fond, le fil conducteur de cette histoire. Elle imprègne les relations entre père et fille, entre client et avocat, entre homme et sphère juridique. Le monde du dehors (froid comme les lignes d’horizon neigeuses, seulement marquées par le passage des véhicules) se heurte à celui du dedans (chaleur des intérieurs où les hommes abandonnent leurs manteaux), Paul Dano passant de l’un à l’autre sans souvent se dévêtir. Je ne sais pas si la fin aurait pu être différente, si elle aurait pu avoir un autre sens. En tout cas, elle se fond dans ces lignes d’horizon silencieuses. Un regard qui prend son temps sur les distances qui séparent les êtres.

 

En début d’après-midi, sur les terrasses du CID, conférence de presse pour le film ‘Jason Bourne : l’héritage’. Je n’ai pas spécialement envie de voir ce film, mais tout de même, il y a le réalisateur et les deux acteurs principaux du film, dont Rachel Weicz. Il est intéressant de voir la dynamique entre ces personnes et celles qui assistent à la conférence, ainsi qu'avec l’interprète.

 

Ensuite, toujours dans l’auditorium, première projection du long-métrage Your sister’s sister en présence de sa réalisatrice, Lynn Shelton. Le film est surtout sympathique pour son trio d’acteurs, avec une Emily Blunt débordant d’énergie. Une chose m’a fortement dérangée (un parti-pris de la réalisatrice ?) : la coexistence de paysages naturels très beaux, à la photographie plaisante, avec des scènes en intérieur entre les personnages filmées comme une série télévisée… ?! Pour le reste, c’est un peu la confusion des sentiments, et on se demande bien où on va finir par atterrir. Reste un film assez enlevé, aux dialogues plutôt frais et libres (la réalisatrice ayant vraisemblablement laissé le champ libre à l’improvisation?). Un certain humour, et une peinture des relations entre sœurs assez touchante.

 

Avant de reprendre le train et afin de profiter pleinement de cette journée, une idée saugrenue et tout à fait regrettable : poursuivre dans l’auditorium pour visionner Bachelorette’. Bien entendu, je ne m’attendais qu’à une mauvaise comédie américaine comme j’essaie de ne pas aller voir (enfin…presque, la preuve). Mais je crois bien avoir été scotchée au siège, incapable de me lever, tant l’adjectif ‘mauvais’ ne fait qu’effleurer la réalité épouvantable de ce film, littéralement subi visuellement et auditivement. Vulgaire, au-delà du stupide, trash, dégueulasse. Que dire ? Si ce n’est : je ne comprends pas. Je sais que ce genre de film constitue LA référence en matière de drôlerie pour un nombre de personnes que je me contrains à ne pas imaginer, même si bien sûr je n'ai pas le monopole du bon goût. Et qu’on ne vienne surtout pas me parler de second degré… ! Ah ! J’oubliais : c’est une femme qui a réalisé le film…

 

Mis à part l’inspiration malheureuse pour le dernier film (le cinéma américain : pour le meilleur et pour le pire ?), bilan positif pour cette journée deauvilloise, avec le regret de n’avoir pu assister à une des Nuits américaines de ce festival. Maybe next year ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Claire
commenter cet article

commentaires

bobmorane75 21/10/2012 12:03

Bachelorette est en effet une insipidité stupide. Je ne sais plus si c'est vulgaire mais surtout sans émotion.
For Ellen, j'ai trouvé que l'histoire ést un peu passé à côté pour des effets plus que pour la trame.
Sister's... pas encore vu.

Claire 21/10/2012 14:35



Ou alors des émotions à la racine des pâquerettes!
Tu as raison pour For Ellen, le film aurait pu être plus marquant.



Présentation

  • : Claire dans les salles obscures
  • : Mes impressions sur les films que j'ai pu voir... les vôtres sont plus que bienvenues, elles feront aussi vivre ce blog! :) Si vous ne venez pas régulièrement, pensez à vous inscrire à la newsletter (plus bas à droite) afin d'être tenus au courant des avis postés!
  • Contact

Compteur

Recherche