Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mai 2011 5 27 /05 /mai /2011 20:26

Thomas Doret. Christine Plenus

Festival de printemps de Christoblog

On pourrait reprocher aux frères Dardenne de toujours faire le même type de films. Le fait est qu'ils se situent immanquablement dans les mêmes lieux un peu gris, dans des climats sociaux difficiles, avec des personnages en souffrance
aux trajectoires contrariées.
Ce type de film est donc difficilement comparable avec des oeuvres au budget colossal, misant beaucoup sur des effets visuels/spéciaux, des lumières extraordinaires, des sentiments étirés comme la guimauve ou triturés à des sauces d'un mysticisme douteux (évidemment, je ne pense à aucun film en particulier). Non, ici on est dans le réel, il n'y a pas de place pour l'artifice. Cela plaît, cela touche, cela lasse, cela décourage parfois, les réactions contrastées sont compréhensibles.

Personnellement j'apprécie ces films, même s'ils peuvent être dans la répétition. Parce qu'ils montrent des émotions difficiles de manière subtile et avec des moyens simples. J'avais vu "Rosetta" à sa sortie en salles, que j'avais beaucoup aimé, même si (et sans doute parce que) la caméra à l'épaule m'avait littéralement épuisée et que le film était choquant de dureté. Les thèmes de "L'enfant" m'avaient également émue.

Les personnages de leurs films sont en lutte permanente, contre à peu près tout ce qui les entoure. Quand ce n'est pas le travail, c'est la famille, quand ce n'est pas la famille, c'est le quartier et ceux qui l'habitent, quand ce n'est pas le quartier c'est la société inhumaine, matérialiste, de consommation qui les englue dans des besoins qu'ils ne pourront satisfaire qu'au détriment des meilleurs de leurs sentiments. Ils sont démunis, déhérités, pourtant ils n'ont de cesse de se heurter à cette réalité qui les dépasse avec un sens de la débrouille stupéfiant. Ils deviennent les incarnations de toutes ces luttes. Et selon moi, ce sont ces luttes, qu'elle soient justifiées ou non, perdues d'avance ou pas, que les frères Dardenne savent filmer.

Dans le Gamin au vélo, le jeune Thomas Doret - doué, buté, surprenant - envisage cette lutte de tous les instants comme un jeune animal hargneux (le surnom "Pittbull" lui va comme un gant), s'accroche autant qu'il blesse, parce qu'il ne peut pas comprendre que le peu qu'il a lui soit enlevé. Il ne peut admettre de ne pas avoir de nouvelles de son père, il ne peut accepter de ne plus avoir son vélo. Et, sans sentimentalisme aucun, le film nous fait douloureusement prendre conscience de toutes les choses "évidentes" que beaucoup d'enfants n'ont pas, ou auxquelles ils doivent parfois s'accrocher pour ne pas les perdre.
Lorsqu'il trouve un certain équilibre, il s'y réfugie mais cherche alors immédiatemment s'il ne peut pas s'aventurer en dehors de ce territoire connu pour tirer encore plus profit de la situation, et surtout plus de choses matérielles. Car au
fond, s'il refuse affectivement d'intégrer l'instabilité du père et son incapacité à le prendre en charge, ses agissements prouvent qu'il sait ne pas pouvoir compter sur lui. Et la détresse d'un enfant débrouillard est une manne que certains repèrent immédiatement et cherchent à exploiter.
La lutte devient un apprentissage douloureux, un choix permanent (souvent non mesuré) entre risque et sécurité, entre douleur et facilité, entre incertitude et acquis.

Les scènes de vélo, avec pour seuls sons les bruits de l'air dans les rayons du deux roues et frôlant les oreilles du garçon, donnent une très belle et touchante sensation de liberté.

Cécile de France, que je commençais presque à ne plus apprécier, trouve dans ce rôle le moyen d'exprimer simplement l'impression de naturel un peu brusque mais chaleureux qu'elle dégage.

La musique, magnifique (Concerto n°5 de Beethoven), surgit - un peu fort - aux détours de scènes marquantes, et se retrouve apaisée dans le générique de fin.

Ce film, qui a reçu le Grand Prix au Festival de Cannes, ne brille pas par son originalité mais interpelle par sa sobriété et la justesse des sentiments subtils et des situations douloureuses qu'il dévoile.



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Bob Morane 28/05/2011 08:15

J'ai beaucoup le film, qui à la différences des autres des frèos, apporte cette fois ci beaucoup de lumière et de couleur. D'accord avec toi, le gamin est excellent et Cécile de France se retrouve enfin.

Hérodonte 28/05/2011 00:59

Magnifique critique !
Cependant, je suis beaucoup moins emballé par le film que toi même si on est plutôt d'accord dans l'ensemble.

Présentation

  • : Claire dans les salles obscures
  • : Mes impressions sur les films que j'ai pu voir... les vôtres sont plus que bienvenues, elles feront aussi vivre ce blog! :) Si vous ne venez pas régulièrement, pensez à vous inscrire à la newsletter (plus bas à droite) afin d'être tenus au courant des avis postés!
  • Contact

Compteur

Recherche