Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 septembre 2011 1 12 /09 /septembre /2011 22:44

la_piel_que_habito.jpg

Premier film du Festival d'été de Christoblog que j'ai vu, c'est sans doute aussi celui qui m'a le plus "hérissé le poil". Mais pas de cette manière intense et constructive propre aux grands films, ceux suite auxquels on n'est plus jamais les mêmes, non, loin s'en faut.

 

J'ai vu un certain nombre de films d'Almodovar, de Parle avec elle à La mauvaise éducation, de Volver aux Etreintes brisées, de Femmes au bord de la crise de nerfs à Talons Aiguilles, certains m'ont plu, d'autres avaient déjà amorcé cette gymnastique pileuse négative. En tout cas, il faut croire que je n'avais pas eu "ma dose".  

 

Là, c'est le cas.

 

Alors certes, certes, tout est cadré au cordeau, les couleurs parfaitement conjuguées, les formes emboîtées, les angles impeccables, l'intrigue vicieuse de fluidité, les personnages troublants d'ambigüité, mais enfin, est-ce que l'Art avec un grand A qui se gargarise telle une voyelle du sud chez le dentiste peut tout justifier?

Je dis: non.

 

Je n'ai pas envie de détailler les thèmes abordés, développés, vus et revus par le cinéaste (comment appelle t-on le stade après l'obsession?), auxquels il rajoute des expérimentations douteuses, ceux qui ont apprécié le feront mieux que moi.

 

La première chose que j'ai dite en sortant de la salle (après avoir songé à sortir pendant le film, chose excessivement rare), et c'est également ma conclusion, c'est : "Ce type est complètement malade".

Partager cet article

Repost 0
Published by Claire
commenter cet article

commentaires

Emilie C 12/03/2013 11:30

Je suis fan d'almodovar depuis des années (passion que je partage avec toi ma Claire).Et je te rejoins, ce film m'a trop trituré l'esprit.
J'en ai cauchemardé pendant des jours.
Jusqu'à ce film, Pedro faisait des films dérangeants au niveau sociétal. Il dérangeait car il mélangeait les thèmes dérangeants mais il le faisait bien. Il y vait du burlesque dans tout ça, du
décalé.
Là, c'est de la folie pure.

Après on peut dire que dans ce que fait Almodovar, il y a un toujours un regard objectif de notre société et donc une part de réalité. Mais bon! ça serait quand même un peu trop tiré par les
cheveux.
Le viol, la justice faite par soi-même, le suicide, la dépression sont des thèmes omniprésents dans ce film. Donc quand on sort c'est l'indigestion .

Claire 14/03/2013 07:45



Je suis tout à fait d'accord pour le décalé et l'indigestion, tu as mieux exprimé mon ressenti que moi! :)



Romain 28/11/2011 17:14

Justement j'avais trouvé que ce n'est pas visuellement que le film brillait, sur ce point-là c'est beaucoup trop sage ce qui crée un drôle de contraste avec les thèmes abordés

inconnue au bataillon 16/09/2011 17:46


Mais, ça n'est pas une critique construite/constructive, ça!? Tu n'expliques pas pourquoi tu n'aimes pas (avec des arguments)?


Présentation

  • : Claire dans les salles obscures
  • : Mes impressions sur les films que j'ai pu voir... les vôtres sont plus que bienvenues, elles feront aussi vivre ce blog! :) Si vous ne venez pas régulièrement, pensez à vous inscrire à la newsletter (plus bas à droite) afin d'être tenus au courant des avis postés!
  • Contact

Compteur

Recherche